Page 1 sur 1

Mercure analyse

Publié : 11 Avr 2016, 17:53
par Ragheb
Bonjour à tous , je fais appel à vous pour m'aider dans un probléme que je rencontre, voilà le labo dans le quel je bosse reçoit des échantillons de minerais de divers éléments ( Zn,Fe,Na...) pour les analyser , doser et quantifier. Ces dérniéres années la demande d'analyse de mercure est de plus en plus demandé dans les sols et dans les minerais (Du HgS généralement) on m'a demandé alors de trouver un moyen d'analyser les minerais reçus par SAA ( absorption atomique à flamme) et celà sans passer par la méthode de vapeur froide. J'attend vos réponses et merci .

Re: Mercure analyse

Publié : 12 Avr 2016, 21:14
par Maurice
Et pourquoi refuses-tu de recourir à l'analyse par la vapeur froide ?
Pourquoi préfères-tu l'absorption atomique ?
Recherches-tu du mercure à l'état de traces dans des terres contaminées au niveau du ppm, ou du mercure en quantités notables dans des minerais de mercure ?
De quel budget disposes-tu ? De combien de personnel spécialisé disposes-tu ?

Re: Mercure analyse

Publié : 13 Avr 2016, 18:06
par Ragheb
Merci d'avoir pris la peinde de me repondre , voilà les minerais qu'on reçoit devrait avoir une quantité de l'ordre du ppm de mercure . J'ai dejà proposé k'on adopte une autre méthode que la SAA, mais un refus m'a été transmis . La technique de la vapeur froide prend énormément de temps surtout pour la mineralisation ( digestion acide) . On pourrai franchir un énorme pas si vous auriez une idée sur comment séparer le mercure de sa matrice , et le solubiliser dans un solvant .

Re: Mercure analyse

Publié : 13 Avr 2016, 22:11
par Maurice
Je ne suis pas un connaisseur de l'analyse des traces demeure, car c'est de cela qu'il s'agit. Tu dis que tes minéraux contiennent des quantités de l'ordre du ppm.
Est-ce que tu as songé à calciner tes minéraux ? Car le mercure et ses composés sont tous relativement faciles à volatiliser par la chaleur. Même le sulfure sublime. En calcinant tu recueillerait beaucoup de produits indésirables, comme des goudrons. Mais le mercure s'y retrouverait en totalité, donc il serait plus concentré, donc plus facile à doser, quelle que soit la méthode utilisée. Tu peux ensuite calciner ce résidu sublimé après l'avoir mélangé avec du carbonate de sodium. Tous les composés de mercure sont alors transformés en mercure, qu'on recueille par un nouveau chauffage suivi d'une condensation des vapeurs. On voit des gouttelettes de mercure dans le tube de condensation.

Re: Mercure analyse

Publié : 14 Avr 2016, 23:02
par Ragheb
Si j'ai bien compris votre méthode : on calcine l'échantillon sous atmosphere neutre, on récupére le résidu auquel on ajoute du carbonate de sodium, puis on réchauffe (normalement à la température d'ébullition du mercure) puis on récupére par condensation?

Re: Mercure analyse

Publié : 15 Avr 2016, 15:22
par Maurice
Je ne sais pas quelle est la meilleure méthode. Il y a deux possibilités :
1. Calciner à mort ton échantillon de matière contaminée. Le sulfure HgS sublime à 583°C. Il y aura pas mal de matière goudronneuse qui s'échappera, et qu'il faudrait condenser de manière à pouvoir la récupérer. Puis mélanger ce résidu qui s'est échappé avec son poids de soude Na2CO3, et recalciner le tout. Cette fois-ci, la distillation ne formera que du mercure métallique, que tu pourras condenser dans les tubulures de sortie.
2. Mélanger l'échantillon et la soude Na2CO3 et chauffer à 600°C. Cela revient à faire une seule étape des deux précédentes. C'est plus rapide. mais cela consomme davantage de soude.

Re: Mercure analyse

Publié : 15 Avr 2016, 20:29
par Ragheb
D'accord je vais essayer de réaliser cette manipulation , si j'ai bien compris la soude c'est pour réduire le mercure en Hg° ?

Re: Mercure analyse

Publié : 16 Avr 2016, 10:30
par Maurice
Non. La soude n'a pas d'effet réducteur.
Mais, à chaud, Na2CO3 réagit avec les composés de mercure, et les transforme en carbonate de mercure. Ce carbonate HgCO3 se décompose par la chaleur d'abord en oxyde HgO puis l'oxyde se décompose en mercure et en oxygène.

Re: Mercure analyse

Publié : 16 Avr 2016, 16:47
par ExpertAs
Le sulfure de mercure se sublime ou se décomose lorsqu'il est chauffé? Et pour la réaction du sulfure de mercure (cinabre) et le carbonate de sodium, il se forme alors aussi du sulfure de sodium je suppose? C'est une réaction de quel type? Un échange d'ions?

Re: Mercure analyse

Publié : 28 Mars 2017, 08:24
par medidonc
bonjour a tous ! je vous contacts a titre informatif savez-vous si il y a des laboratoires ou un chimiste qui fabrique du sulfure de mercure II rouge (cinabre) liquide s'il vous plaît? je payerais bien évidemment. étant donnés que je ne suis pas habilités :non: :sgh08: a en produire je préfère me tourner vers des professionnels ceci est plus adéquat...

Re: Mercure analyse

Publié : 28 Mars 2017, 22:24
par darrigan
Bonjour,
Le cinabre (sulfure de mercure) est un minerais, solide.
Je ne pense pas qu'en le chauffant il devienne liquide car il se décompose en soufre et en mercure.
Il y a soit-disant des alchimistes qui fabriquent du mercure liquide rouge, il y a un tas de sites ésotériques à ce sujet… je doute qu'il s'agisse de cinabre à l'état liquide ! Ni de mercure (métal) de couleur rouge, car je ne vois pas comment on pourrait colorer ce métal en rouge dans sa masse…
Il y a déjà eu des discussions à ce sujet, qui n'ont abouti à rien…

Re: Mercure analyse

Publié : 29 Mars 2017, 18:21
par Maurice
C'est très facile de fabriquer du sulfure de mercure HgS. Il suffit de mélanger une solution de nitrate de mercure(II). ou de chlorure de mercure(II), avec une solution de sulfure de sodium. On obtient un volumineux précipité de sulfure de mercure. Mais il est noir. Personne n'est jamais arrivé à fabriquer du sulfure de mercure rouge, tel qu'on le trouve dans les mines de cinabre. Le cinabre HgS est rouge. Celui qu'on fabrique est aussi HgS, mais il n'est pas rouge, il est noir.

Re: Mercure analyse

Publié : 29 Mars 2017, 19:13
par ExpertAs
À quoi le changement de couleur est-il dû?

Re: Mercure analyse

Publié : 29 Mars 2017, 21:42
par Maurice
On ne connaît pas la raison de ce changement de couleur. Mais c'est probablement lié au fait que le sulfure fait par précipitation est fait de molécules HgS non alignées les unes par rapport aux autres. Il n'y a jamais de surfaces faites d'un alignement d'atomes Hg et S bien alignés comme les atomes Na et Cl le sont dans un grain de sel. Pour qu'une matière ait une couleur il faut que la surface plane réfléchissant la lumière soit au moins grande comme la longueur de la lumière, donc contienne au moins un millier d'atomes. Il est possible que ce soit le cas pour le cinabre. Mais si les grains de matière sont de dimensions inférieures à la longueur d'onde de la lumière, ils paraissent noirs. C'est la raison pour laquelle les métaux en poudre fine paraissent noirs, et probablement pourquoi HgS est un précipité noir.

Re: Mercure analyse

Publié : 30 Mars 2017, 10:20
par medidonc
pourtant il y a des laboratoires a l'étranger qui en vendent étrangement donc ma question serait plus vers qui je devrais me tourner en France pour pouvoir m'en procurer pour mon baromètre qui lui en contenait avant de casser mon thermomètre ? si une âme charitable pouvait m'en avoir :ange: je payerais c'est un vieux baromètre thermomètre Torricelli qui date du XVII éme sicle et j'avoue j'ai les boules maintenant on propose que de l'alcool c'est aberrant ça appartenait a mon arrière grand père qui lui la eu par son père ect en bois sculpté a la main !

Re: Mercure analyse

Publié : 02 Avr 2017, 13:24
par alexchimiste
medidonc a écrit :pourtant il y a des laboratoires a l'étranger qui en vendent étrangement donc ma question serait plus vers qui je devrais me tourner en France pour pouvoir m'en procurer pour mon baromètre qui lui en contenait avant de casser mon thermomètre ? si une âme charitable pouvait m'en avoir :ange: je payerais c'est un vieux baromètre thermomètre Torricelli qui date du XVII éme sicle et j'avoue j'ai les boules maintenant on propose que de l'alcool c'est aberrant ça appartenait a mon arrière grand père qui lui la eu par son père ect en bois sculpté a la main !


En fait tu as cassé ton baromètre à mercure et tu voudrais du mercure pour en refaire un, c'est bien ça?

Re: Mercure analyse

Publié : 06 Avr 2017, 21:47
par Maurice
Il semble qu'il y ait deux problèmes :
1) le baromètre de ton grand-père. Même si tu avais du mercure, comment t'y prendrais-tu pour le remplir de mercure ?
2) le thermomètre que tu as cassé. Où est passé le mercure de ce thermomètre cassé ? As-tu pu le récupérer ?

Re: Mercure analyse

Publié : 09 Avr 2017, 02:52
par medidonc
alors j'ai récupérer un tube qui est du même calibre et l rentre parfaitement dans les emplacements prévus a cet effet mai il me manque le principal l'oxyde de mercure liquide 2 petits grammes suffirait largement mais je peine a en trouver 1 c'est ça qui me rend dingue ya des services pour les pros mais rien pour les particulier d'ou ma venue si il y aurait une âme charitable ...

Re: Mercure analyse

Publié : 09 Avr 2017, 11:26
par Maurice
Il semble que tu confonds mercure et oxyde de mercure, qui sont des substances très différentes.
L'oxyde de mercure est une poudre rouge orange, de formule HgO. Ce n'est pas un liquide ! Et on ne peut pas la rendre liquide. Il est donc sans utilité pour remplir un baromètre ou un thermomètre, puisque c'est une poudre. C'est comme si tu voulais remplir ton baromètre avec de la farine.
Le mercure est un liquide gris métallique, et pas rouge, de formule Hg. C'est lui qu'on emploie pour remplir les thermomètres et baromètres traditionnels. Et c'est j'imagine celui que tu cherches un peu partout.
Mais il ne faut pas confondre Hg et HgO.

Re: Mercure analyse

Publié : 09 Avr 2017, 19:42
par cycy
Euh... si je puis me permettre je doute que 2 petits grammes suffisent ^^ Le mercure ayant une masse volumique de 13.546 g/cm^3, 2 grammes de mercure Hg occupent un volume d'environ 0.148mL... même pour un thermomètre ça fait peu et pour un baromètre pour le coup ça fait vraiment très très peu...
Et en effet le mercure ça ne court pas les rues et bien heureusement parce que ça n'est pas l’élixir de jouvence ( même si il faut pas psychoter non plus ) ça reste une sacrée saloperie ( surtout pour l'environnement )...
Néanmoins tu dois pouvoir en trouver sur ebay ( du tridistillé )

Re: Mercure analyse

Publié : 09 Avr 2017, 19:44
par darrigan
Maurice a raison.
De plus, les graduation de ton baromètre sont étalonnées pour du mercure, de masse volumique 13,59 g/mL. Donc même si tu arrivais à trouver un autre liquide que le mercure, celui-ci aurait probablement une autre masse volumique (ou densité), et donc ton baromètre serait complètement faussé !

Re: Mercure analyse

Publié : 17 Avr 2017, 16:58
par medidonc
Bien évidemment comme je vous l'ai dit je ne suis pas connaisseur et je suis conscient mais c du mercure de couleur rouge qui s'est échappée de mon appareil donc je voudrais savoir ou en trouver tout simplement ou qi une personne pourrais m'en confectionné car je ne sais vraiment pas vers qui me tourner ça serait sympa bien-sûr je paierais ce qui est normal tout travail mérite salaire !

Re: Mercure analyse

Publié : 17 Avr 2017, 19:37
par medidonc
pas mal la petite phrase de darrigan qui dit "Aide-toi et le forum t'aidera ! " j'aime beaucoup lol

Re: Mercure analyse

Publié : 18 Avr 2017, 19:57
par darrigan
Bonsoir,

Comme on l'a dit plusieurs fois… le "mercure rouge" n'existe pas ! Cette appellation est incorrecte.

Soit c'est du mercure et il n'est pas rouge, soit c'est rouge et c'est autre chose que du mercure…

Et dans un baromètre à mercure, on ne met pas autre chose que du mercure. Si tu as observé une couleur rouge, c'est probablement que le mercure était oxydé en surface ou quelque chose dans le genre, mais alors c'était une impureté qui n'a pas lieu d'être réintroduite dans le baromètre si tu veux le restaurer. :pfff:

Re: Mercure analyse

Publié : 13 Juin 2017, 18:59
par OlivierSPb
Bof, c'était sans doute de l'alcool coloré en rouge. Avec peut-être un épaississant. Le mercure rouge liquide cela n'existe pas... Le seul "mercure rouge" qui existe est un banal sel de mercure que les escrocs russes ont fait passé dans les années 90 comme un élément indispensable pour faire une bombe atomique! Ce qui a fait la fortune de certains et a abrégé l'espérance de vie de beaucoup quand les acheteurs ont réalisé qu'ils avaient acheté un produit à 3 kopecks...