Effet mésomère

Pour tout ce qui traite des expériences de chimie.
Cryptocatron11
Messages : 15
Inscription : 24 Oct 2011, 19:03
Niveau d'étude / Domaine : L2 Physique/Chimie

Effet mésomère

Messagepar Cryptocatron11 » 09 Déc 2011, 19:18

Bonsoir,

est il possible de casser une liaison par effet mésomère en formant un bon groupe partant? et ainsi, on pourrait avoir un acide de lewis ....

Cordialement ,

alexchimiste
Messages : 845
Inscription : 04 Avr 2011, 09:48
Niveau d'étude / Domaine : DUT chimie
Localisation : Strasbourg

Re: Effet mésomère

Messagepar alexchimiste » 09 Déc 2011, 21:45

Cryptocatron11 a écrit :Bonsoir,

est il possible de casser une liaison par effet mésomère en formant un bon groupe partant? et ainsi, on pourrait avoir un acide de lewis ....

Cordialement ,


Ha ben non, un effet mésomère n'est qu'une infime partie de la vérité sur la structure d'un intermédiaire réactionnel, il ne s'agit en aucun cas d'une réaction. L'effet mésomère n'a aucun lien avec les groupements partants, et encore moins avec l'acidobasicité selon Lewis... C'est un complet mélimélo tout ça :-/

Les effets mésomères (ou inductifs) sont des effets électroniques qui se manifestent au niveau des liaisons interatomiques au sein même des molécules. Ils ont rapport avec l'effet électroattracteur ou électrodonneur de certains substituants du cycle aromatique vis à vis de la substitution électrophile, ou aussi nucléophile. On peut représenter un intermédiaire réactionnel (ou même une molécule) suivant ses formes mésomères, qui sont autant de formes "limites" de la vérité de la structure de la molécule, la vérité se situe dans un mix de toutes ces formes, mais une seule de ces formes n'est pas la vérité vraie...

Cryptocatron11
Messages : 15
Inscription : 24 Oct 2011, 19:03
Niveau d'étude / Domaine : L2 Physique/Chimie

Re: Effet mésomère

Messagepar Cryptocatron11 » 09 Déc 2011, 22:49

OK donc en fait l'effet mésomère ça dit juste les différentes formes que peut prendre la molécule. Mais des fois, il y a des formes qui font apparaître des charges + et - dans la molécule : mais quand on a du +, la liason est polarisée et c'est plus facile de la casser. Mais ces effets (inductifs ou mésomères) informent juste sur la facilité à casser la liaison si je comprends bien

alexchimiste
Messages : 845
Inscription : 04 Avr 2011, 09:48
Niveau d'étude / Domaine : DUT chimie
Localisation : Strasbourg

Re: Effet mésomère

Messagepar alexchimiste » 10 Déc 2011, 09:54

Cryptocatron11 a écrit :OK donc en fait l'effet mésomère ça dit juste les différentes formes que peut prendre la molécule. Mais des fois, il y a des formes qui font apparaître des charges + et - dans la molécule : mais quand on a du +, la liason est polarisée et c'est plus facile de la casser. Mais ces effets (inductifs ou mésomères) informent juste sur la facilité à casser la liaison si je comprends bien


L'effet mésomère c'est uniquement la capacité d'un atome, d'un substituant ou d'un groupement fonctionnel à délocaliser ses doublets non liants, c'est à dire ses électrons non engagés dans des liaisons de valence, dans le but d'abaisser l'énergie totale du composé, et donc de le stabiliser. Plus un composé est bas en énergie, plus il est stable. Ces formes permettent en effet de mieux visualiser les zones d'attaques préférentielles dans une molécules, avec les charges positives et négatives. Les effets inductifs reposent la propagation de la polarisation des électrons le long des liaisons chimiques dans une molécule, polarisation due aux différences d'électronégativité des atomes participant à ces liaisons. L'effet mésomère n'a de limites que les groupements CH2CH2 et les groupements dépourvus de doublets non liants, et l'effet inductif se propage très mal au delà de 2 ou 3 liaisons.

Il ne s'agit nullement d'effets donnant des informations sur la facilité à casser des liaisons... Les groupements partants le sont car ils sont généralement petits, ou nucléofuges (c'est un synonyme), et ça... c'est un autre domaine !

Cryptocatron11
Messages : 15
Inscription : 24 Oct 2011, 19:03
Niveau d'étude / Domaine : L2 Physique/Chimie

Re: Effet mésomère

Messagepar Cryptocatron11 » 10 Déc 2011, 11:52

alexchimiste a écrit :Ces formes permettent en effet de mieux visualiser les zones d'attaques préférentielles dans une molécules, avec les charges positives et négatives.


alexchimiste a écrit :Il ne s'agit nullement d'effets donnant des informations sur la facilité à casser des liaisons... Les groupements partants le sont car ils sont généralement petits, ou nucléofuges (c'est un synonyme), et ça... c'est un autre domaine !


Si on sait ou ça va attaquer c'est qu'on sait aussi où ça va casser non ? donc je vois pas trop la différence entre tes 2 phrases #-/

alexchimiste
Messages : 845
Inscription : 04 Avr 2011, 09:48
Niveau d'étude / Domaine : DUT chimie
Localisation : Strasbourg

Re: Effet mésomère

Messagepar alexchimiste » 10 Déc 2011, 15:02

Cryptocatron11 a écrit :Si on sait ou ça va attaquer c'est qu'on sait aussi où ça va casser non ? donc je vois pas trop la différence entre tes 2 phrases #-/


Ha ben non ! une attaque ne nécessite pas absolument une rupture de liaison, mais implique plutôt la formation d'une liaison... Dans le cas (simple) de l'addition du dibrome sur un alcène, le brome va s'additionner sur la double liaison selon un mécanisme "concerté", le premier brome vient s'additionner sur le carbone, et forme un pont bromonium, et le second brome vient s'additionner sur l'autre carbone entraînant la rupture du pont préformé. Dans le premier des deux cas il n'y a pas de charges formelles qui s'établissent, mais seulement des charges partielles au début le long de la liaison Br-Br, et ensuite le pont bromonium dont le brome est chargé positivement, c'est un lieu ou il ne se produira pas d'attaque, mais plutôt ou on sait qu'il y aura rabattement d'électrons.

Cryptocatron11
Messages : 15
Inscription : 24 Oct 2011, 19:03
Niveau d'étude / Domaine : L2 Physique/Chimie

Re: Effet mésomère

Messagepar Cryptocatron11 » 12 Déc 2011, 17:38

OK merci . Tu parlais d'addition. Si par exemple je prend une addition nucléophile, comme A+B --> A-B , il va y avoir besoin d'un enenergie d'activation car on doit casser une liaison dans A pour transormer A en acide de Lewis.

Mais dans le cas d'addition electrophile vu qu'on ne casse pas de liaison mais qu'on en forme alors j'en déduis qu'il n'y pas besoin d'energie d'activation. Car j'ai lu sur un site qu'il en fallait d'ou ma question #-/

alexchimiste
Messages : 845
Inscription : 04 Avr 2011, 09:48
Niveau d'étude / Domaine : DUT chimie
Localisation : Strasbourg

Re: Effet mésomère

Messagepar alexchimiste » 12 Déc 2011, 19:05

Cryptocatron11 a écrit :OK merci. Tu parlais d'addition. Si par exemple je prend une addition nucléophile, comme A+B --> A-B , il va y avoir besoin d'un enenergie d'activation car on doit casser une liaison dans A pour transormer A en acide de Lewis.

Mais dans le cas d'addition electrophile vu qu'on ne casse pas de liaison mais qu'on en forme alors j'en déduis qu'il n'y pas besoin d'energie d'activation. Car j'ai lu sur un site qu'il en fallait d'ou ma question #-/


Quelle que soit la réaction, il y a besoin d'énergie...

D'autant plus que quand on parle d'addition, ou de substitution, elle est plus ou moins "toujours" nucléophile ou électrophile, ça dépend du point de vue choisi... L'électrophile (chargé positivement) va être sauvagement attaqué par le méchant nucléophile (classiquement un cycle benzénique, ou une espèce chargée négativement), l'électrophile n'aura qu'un but, c'est de piquer les électrons de l'espèce nucléophile... En résumé, du point de vue de l'électrophile, il subit une attaque nucléophile, et du point de vue du nucléophile, il subit une substitution électrophile, ni plus ni moins... Gare donc aux spécificités de langage :-)

Dans le cas d'une addition il y a évidemment rupture d'une liaison, au moins dans la molécule additionnée, pas forcément sur le substrat. Mais il faut aussi prendre en compte l'énergie qui est nécessaire pour casser des liaisons pi et former les liaisons sigma avec les atomes additionnés... Achtung achtung.

Kevin
Messages : 162
Inscription : 19 Mars 2011, 19:58
Niveau d'étude / Domaine : Docteur en électrochimie organique
Localisation : Astana Kazakhstan / Burlington VT - USA

Re: Effet mésomère

Messagepar Kevin » 12 Déc 2011, 20:27

R-O-CH2Cl est toujours en équilibre avec R-O=CH2+ Cl-, serait ce un exemple du phénomène de "mésomérie qui casse des liaisons" ?

alexchimiste
Messages : 845
Inscription : 04 Avr 2011, 09:48
Niveau d'étude / Domaine : DUT chimie
Localisation : Strasbourg

Re: Effet mésomère

Messagepar alexchimiste » 12 Déc 2011, 20:47

Oui, un exemple, mais il n'y a pas de règle en la matière, si?

Cryptocatron11
Messages : 15
Inscription : 24 Oct 2011, 19:03
Niveau d'étude / Domaine : L2 Physique/Chimie

Re: Effet mésomère

Messagepar Cryptocatron11 » 12 Déc 2011, 21:27

alexchimiste a écrit :Dans le cas d'une addition il y a évidemment rupture d'une liaison, au moins dans la molécule additionnée, pas forcément sur le substrat. Mais il faut aussi prendre en compte l'énergie qui est nécessaire pour casser des liaisons pi et former les liaisons sigma avec les atomes additionnés... Achtung achtung.

Oui mais ça c'est pour une addition nucléophile : on casse une liaison pour créer une lacune sur un des atomes. Moi je parlais de l'addition electrophile, il n'y a pas de rupture de liaison sur le substrat. Dans la molécule additionnée ça nous importe peu de savoir ce qui s'est passée sur elle car on sait déjà que c'est un electrophile. A+B avec A le substrat et B l'electrophile ....

Kevin
Messages : 162
Inscription : 19 Mars 2011, 19:58
Niveau d'étude / Domaine : Docteur en électrochimie organique
Localisation : Astana Kazakhstan / Burlington VT - USA

Re: Effet mésomère

Messagepar Kevin » 13 Déc 2011, 00:36

Je suis désolé, mais je ne comprends rien à ton problème... Pourrais-tu détailler? Ou bien encore mieux : donner un exemple ?


Revenir vers « Forum de chimie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 5 invités