Dégradation des produits inorganiques

Pour tout ce qui traite des expériences de biologie.
Brams
Messages : 37
Inscription : 26 Juin 2014, 12:55
Niveau d'étude / Domaine : BAC +5 / Management QSE

Dégradation des produits inorganiques

Messagepar Brams » 14 Mars 2016, 15:59

Bonjour,

Pourriez vous me confirmer ceci :

Lorsque le rapport Demande Biochimique en Oxygène au bout de 5 jours sur la Demande Chimique en Oxygène est inférieur à 0.5 (DBO5/DCO < 0.5) alors la substance n'est pas rapidement dégradable. Et inversement, DBO5/DCO >= 0.5 alors la substance est rapidement dégradable.

C'est quelque chose d'officielle ou régie par une réglementation nationale ?

En vous remerciant.

ecolami
Contributeur d'Or 2011+2012
Contributeur d'Or 2011+2012
Messages : 2461
Inscription : 21 Mars 2011, 14:09
Niveau d'étude / Domaine : DUT CHIMIE
Localisation : Seine et Marne, France
Contact :

Re: Dégradation des produits inorganiques

Messagepar ecolami » 15 Mars 2016, 18:46

Brams a écrit :Bonjour,

Pourriez vous me confirmer ceci :

Lorsque le rapport Demande Biochimique en Oxygène au bout de 5 jours sur la Demande Chimique en Oxygène est inférieur à 0.5 (DBO5/DCO < 0.5) alors la substance n'est pas rapidement dégradable. Et inversement, DBO5/DCO >= 0.5 alors la substance est rapidement dégradable.

C'est quelque chose d'officielle ou régie par une réglementation nationale ?

En vous remerciant.

Bonjour,
Il y a une certaine incohérence avec le titre du message ++ Dégradation des produits inorganiques++
Sinon je n'ai pas d'avis sur la question: en effet la dégradation biochimique n'est pas une mesure vraiment normalisée, me parait-il: il faut avoir les micro organismes adaptés aux déchet à traiter .
Tri+traitement Produits chimiques 77 (Seine et Marne). Retraité depuis Octobre 2015
http://ami.ecolo.free.fr

darrigan
Administrateur
Administrateur
Messages : 2417
Inscription : 16 Mars 2011, 15:48
Niveau d'étude / Domaine : Docteur en chimie physique
Localisation : Pau (64), France
Contact :

Re: Dégradation des produits inorganiques

Messagepar darrigan » 15 Mars 2016, 19:53

Dans le Règlement CLP/SGH, on trouve ceci dans le paragraphe "4.1.2.9. Dégradabilité rapide de substances organiques" :
4.1.2.9.2. L’une des façons de démontrer la dégradation rapide consiste à utiliser les essais de dépistage de la bio­ dégradation pour déterminer si une substance organique est “facilement biodégradable”. Quand de tel­ les données ne sont pas disponibles, un ratio DBO (5 jours)/DCO ≥ 0,5 est considéré comme un indice de dégradation rapide. Il est donc considéré qu’une substance obtenant un résultat positif à l’issue de cet essai de dépistage aura tendance à se biodégrader “rapidement” dans le milieu aquatique, et qu’elle a dès lors peu de chances d’y persister. Cependant, un résultat négatif à l’issue de l’essai de dépistage ne signi­ fie pas nécessairement que la substance ne se dégradera pas rapidement dans l’environnement. D’autres preuves d’une dégradation rapide dans l’environnement peuvent donc également être prises en compte et sont particulièrement importantes lorsque les substances inhibent l’activité microbienne aux concen­ trations appliquées lors des essais normalisés. En conséquence, un critère de classification supplémen­ taire a été ajouté afin de permettre l’utilisation des données montrant que la substance a effectivement subi une dégradation biotique ou abiotique dans le milieu aquatique supérieure à 70 % en l’espace de 28 jours. Si la dégradation a pu être démontrée dans des conditions qui reflètent réellement celles de l’environnement, la substance répond donc au critère de la dégradabilité rapide.


Dans le cas des composés inorganiques et métaux :
4.1.2.10. Composés inorganiques et métaux

4.1.2.10.1. Dans le cas des substances minérales et des métaux, la notion de dégradabilité, telle qu’elle est appliquée aux composés organiques, n’a guère de signification, voire aucune. En fait, ces substances peuvent, sous l’action de processus intervenant normalement dans l’environnement, subir une transformation qui accroît ou diminue la biodisponibilité de l’espèce toxique. Les données relatives à la bioaccumulation doivent aussi être interprétées avec prudence (*).

4.1.2.10.2. Les métaux et les substances minérales peu solubles peuvent exercer une toxicité aiguë ou chronique sur le milieu aquatique, selon la toxicité intrinsèque de l’espèce minérale biodisponible et la quantité de cette substance susceptible d’entrer en solution, ainsi que la vitesse à laquelle ce phénomène se produit. Toutes les données doivent être prises en compte dans une décision de classification. Cela est particulièrement le cas des métaux affichant des résultats ambigus dans le protocole de transformation/dissolution.
Aide-toi et le forum t'aidera ! :mrblue:


Revenir vers « Forum de biologie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités